À l'heure actuelle, les paiements si dessous sont disponibles :

  • Carte Bancaire (via PayPal sans compte)
  • Paypal
  • Téléphone (Starpass)
  • SMS (Starpass)
  • paysafecard
  • Chèques (Nous demander les coordonnées)
  • Virements Bancaires (Nous demander les coordonnées)
  • Bitcoin (Nous demander les coordonnées)

PayPal
Starpass
paysafecard

La marque Harmony-Hosting existe depuis déjà cinques années. Nous avions commencé à l'époque par fournir des serveurs de jeux à des amis et proches de IRC sous la forme d'une association.

La FAQ constitue déjà un bon point de départ étant donné que de nombreuses questions fréquentes y sont recensées. Sinon, vous pouvez vous rendre sur la page Besoin d'aide ? où différents moyens pour le support et les renseignements y sont présentés.

De façon imagée, un serveur VPS est un petit ordinateur dans un plus gros, très puissant et disposant matériel haut de gamme. Ceci est rendu possible grâce aux technologies de virtualisation.

Un serveur VPS dispose de caractéristiques qui lui sont garanties comme la mémoire vive (RAM), l'espace disque, l'adresse IP (lui permettant d'être identifié sur Internet) et la bande-passante minimum (débit internet). Le cas de la puissance de calcul (CPU) est spécial car le serveur VPS a une puissance garantie mais va pouvoir utiliser toute la puissance disponible sur le plus gros ordinateur (le serveur hôte) si il en a le besoin.

Contrairement à votre ordinateur personnel, le serveur VPS fonctionne sur du matériel haut-de-gamme et prévu pour fonctionner 7j/7 24h/24. Autre chose, il est connecté à Internet à l'aide d'une connexion symétrique (c'est à dire vitesse de téléchargement = vitesse de téléversement) très rapide. Quand nous parlons de "haut-de-gamme", nous parlons de machines avec plus de 6 disques durs en parallèles, deux processeurs, plus de cent giga-octets de mémoire vive.

Tout d'abord, il faut que vous choisissiez le type de serveur VPS. Les serveurs VPS "Linux" sont des serveurs VPS vierges : seul le système d'exploitation Linux est installé. Ils sont très adaptés aux personnes ayant des objectifs spécifiques, aux personnes aventureuses/bricoleuses ou aux personnes ayant déjà une certaine expérience des serveurs. Sinon, il existe des serveurs pré-installés sur lesquels nous avons déjà installé pour vous des logiciels configurés et prêts à l'emploi.

Quant aux ressources, tout dépend de ce que vous allez installer sur le serveur. Sachez cependant qu'il est possible de changer d'offre à tout moment, au prorata des jours restants. Si vous comptez installer un serveur web ou des serveurs de jeux Valve comme Counter-Strike: Global Offensive ou encore Team Fortress 2, considérez des offres entre 1 Go de RAM et 2 Go de RAM. Peut-être preferrez-vous le jeu Minecraft ? Alors vous n'êtes pas sans savoir que Minecraft demande une grande quantité de mémoire vive, cela doit être votre facteur de choix principal. Etant donné la qualité de programmation de Minecraft, de ses mods et de ses plugins, il est difficile de prévoir le nombre de ressources dont on a besoin. Cela dépend réellement de la qualité des plugins et des mods que vous allez choisir. On considère en général qu'il faut 70 Mo de mémoire vive par joueur avec des plugins standard.

Principalement par deux moyens: le transfert de fichiers et la console via SSH. Ne prenez pas peur, ce n'est pas si compliqué que ça en l'air et c'est une des clés des performances inégalées que vous proposent les serveurs VPS.

Si vous utilisez un système pré-installé : tout est déjà presque entièrement fait pour vous. Aussi, nous proposons de nombreux guides pour vous aider à faire les opérations/installations les plus courantes, nous disposons d'un support efficace, rapide et compétent. Dans le pire des cas, il existe de nombreux tutoriaux sur Internet pour faire à peu près tout ce que vous voulez.

Si vous êtes vraiment allergiques à tout ceci, vous pouvez toujours installer une interface graphique sur votre serveur VPS.

Sur votre serveur VPS, vous disposez d'une IP dédiée, les ports sont donc tous disponibles et tous ouverts par défaut. Vous pouvez fermer des ports en utilisant le parefeu, disponible dans votre espace client, vous pouvez vous reporter au tutoriel de la présente FAQ pour vous y atteler.

Oui, à condition que vous l'utilisiez dans un cadre légal.

Commencez par ouvrir l'email contenant les informations sur votre serveur VPS telles que l'adresse IP et le mot de passe administrateur. Sauf si vous êtes sous MacOS ou Linux (dans ce cas là reportez vous à la FAQ concernant FileZilla), téléchargez & installez également ce logiciel qui va permettre d'effectuer les transferts de fichiers sécurisés : WinSCP 5.5

Au premier lancement, vous aurez une fenêtre telle que celle affichée ci-dessous. Vous devez remplir les champs avec les informations que vous avez dans votre e-mail de livraison. Dans le nom d'hôte, mettez l'adresse IP de votre serveur VPS. Dans le nom d'utilisateur, mettez "root" et saisissez le mot de passe. Enfin, cliquez sur Connecter. Ne tenez pas compte de l'avertissement qui suit votre clique.

Une fois connecté, vous aurez une fenêtre contenant deux panneaux. Celui de gauche représente votre disque dur et celui de droite représente le disque dur de votre serveur VPS. Deux petites barres indiquant "C:\Users\Utilisateur\Mes Documents" et "/root" au dessus des panneaux indiquent les répertoires actuels. Le contrôle se fait un peu près comme dans l'explorateur Windows. Le dossier ".." sert à remonter dans le repértoire parent. Vous pouvez utiliser le "glisser-déposer" pour transférer des fichiers dans un sens ou dans l'autre.

Vous remarquerez que sous Linux (votre serveur VPS), les chemins commencent par "/" et non pas par "C:\". "/root" représente le dossier personnel de l'utilisateur "root". Si vous êtes un utilisateur du serveur VPS Minecraft, vous chercherez sans doute le dossier "/home/minecraft" qui est le répertoire personnel de l'utilisateur "minecraft" où le serveur Minecraft est installé.

A partir de là, vous avez tout ce dont il vous faut pour transférer des fichiers sur votre serveur VPS.

La console est un peu austère mais très puissante et très pratique. Que dit console, dit Liberté. Aucune limite ! Vous pouvez tout faire avec la console : installer des logiciels, manipuler des logiciels, des fichiers, mettre à jour votre système, contrôler les ressources utilisées/disponibles, voir les messages d'informations et d'erreurs... Tout quoi !

Linux et OSX :

Si vous utilisez Linux ou MacOS, il vous suffit d'ouvrir un Terminal et de taper la commande suivante : ssh root@Votre-IP-VPS. Il n'est alors pas nécéssaire de lire la suite de ce tutoriel.

Windows :

Commencez par ouvrir l'email contenant les informations sur votre serveur VPS telles que l'adresse IP et le mot de passe administrateur (Si vous ne les trouvés pas reportez vous à la FAQ correspondante). Téléchargez & installez également ce logiciel qui va permettre de se connecter en SSH : PuTTY

Le logiciel n'a pas besoin d'être installé. Vous n'avez qu'à le lancer. Remplissez le "Hostname" avec l'adresse IPv4 de votre serveur VPS et cliquez sur Open. Ne tenez pas compte de l'avertissement qui suit votre clique.

Vous pouvez également sauvegarder l'adresse IP en indiquant un nom dans "Saved Sessions" et en cliquant sur "Save" si vous le souhaitez.

La console de votre serveur VPS s'ouvre alors et vous demande votre login et votre mot de passe. Tapez le nom de l'utilisateur ("root") et validez avec "Entrée" puis saisissez le mot de passe. Ne soyez pas troublé par le fait que le mot de passe ne s'affiche pas en le tapant*, c'est une mesure de sécurité. Validez de la même façon.

*A noter que si vous voulez coller le mot de passe il faut utiliser le clic droit et non CTRL+V

Vous voici devant votre console ! Vous apprendez à vous en servir un peu dans la section suivante mais surtout dans les parties concernant les serveurs Minecraft / TF2 / CS:GO si vous avez choisi une telle offre.

Installation :

Vous devez vous rendre sur ce lien. Ils vous redirige vers la page, téléchargez le fichier et installez le, attention il va vous demander d'accepter ou de refuser d'installer des programmes tiers, il est conseillé de refuser.

Utilisation Rapide :

sftp://ipv4 user:root mdp:mail port:22

Raccourci intéressant :

Nouvel onglet serveur : Ctrl+ Fermer l'onglet ouvert : Ctrl+ Montre les fichiers que l'on édite : Ctrl+ Actualiser l’arborescence actuel : F5 Se déconnecter du serveur actuel : Ctrl+ Se reconnecter au serveur quitté : Ctrl+ Ajouter le répertoire au raccourci de FileZilla : Ctrl+B

Comment accéder à minecraft ? à mon site ?

Par défaut vous êtes dans le dossier root : /root
Pour minecraft : /home/minecraft
Pour votre site web : /var/www
Pour votre TS3 : /home/teampseak
Pour voir vos dossiers utilisateurs : /home
Pour voir les scripts minecraft : /etc/init.d/

Afin d'utiliser votre vps il faut vous munir de 3 informations :

  • Hôte : IPv4
  • Le nom d'utilisateur : root
  • Et le mot de passe : Reçu par mail

Voici un exemple de mail que vous recevez lors de la commande d'un vps :

E-Mail

Nous vous mettons à disposition un sous-domaine afin de vous éviter de taper l'adresse IP de votre serveur VPS. Ce sous-domaine est crée à la livraison de votre VPS. Notez qu'il faut potentiellement quelques minutes à quelques heures avant que ce sous-domaine soit fonctionnel (délais incombant au protocole DNS), vous pouvez utiliser l'adresse IP en attendant.

Il est possible de personnaliser cette adresse afin qu'elle vous corresponde plus et soit plus simple à retenir.

Afin de savoir ou en est la propagation de votre sous-domaine, et donc sa disponibilité, il est conseillé d'utiliser Whats My DNS.

Il vous faut d'abord disposer d'un domaine. Si vous n'en avez pas encore, nous conseillons Gandi ou OVH .

Dans l'espace client de votre registrar de domaine, rendez-vous dans la partie de gestion des zones DNS. Vous devez créer un nouveau champ de type A. Si vous désirez atteindre votre serveur VPS par l'adresse mon-vps.mon-domaine.tld, renseignez "mon-vps" en nom de zone. En valeur de la zone, vous devez indiquer l'adresse Ipv4 de votre serveur VPS.

Il est aussi judicieux de faire un champs AAAA vers l'Ipv6 du serveur VPS.

Exemple chez OVH

On choisit le domaine, puis sa zone DNS


On édite la zone DNS avec l'ipv4 du VPS en lieu de l'Ipv4 de base, un champs AAAA avec l'Ipv6 du VPS


Un autre type de zone peut-être intéressant si vous désirez liée un nom à votre VPS sur un port particulier (par exemple lorsque vous souhaitez avoir plusieurs serveurs Minecraft sans avoir à saisir de port), c'est le type SRV (à coupler avec un champs de type A). Si dessous un exemple pour un teamspeak 3 écoutant sur le port 4444 :

Ici, il faudra renseigner de la même façon le nom et l'adresse IP mais aussi le port ainsi que le poid et la priorité. Pour le poid et la priorité, saisissez par exemple 1. Dans la majorité des cas, ces champs ne vont concerneront pas.

Exemple chez Gandi

On se connecte sur son compte puis l'on choisit son domaine


On choisit d'éditer la zone DNS


On duplique la zone par défaut :


On applique un nom aléatoire


On créer une nouvelle version afin d'éditer la zone courante


Comme chez OVH on indique l'Ipv4 dans un champs A en lieu et place de celle proposée par Gandi, ainsi qu'un champs AAAA vers l'Ipv6


Et enfin on acitve la version ainsi modifiée

Notes

Il convient de vérifier sur whatsmydns.net la propagation de votre champs, à noter qu'en fonction de votre regsitar, de votre FAI, de votre cache dns l'opération peut prendre de quelques minutes à plusieurs heures.

Dans la console, tapez la commande top. C'est un logiciel qui permet, à l'image de "Ctrl+Alt+Suprr" sur Windows, de voir les processus en cours et ce qu'ils consomment.

Le N° de processus est très utile en soi car il permet avec la commande kill *N° processus* de fermer le processus. kill -9 *N° processus* permet de fermer de force le logiciel.

Vous pouvez fermer ce logiciel en appuyant sur la touche "q", ou plus généralement avec les touches "Ctrl+C"

Si vous voulez une interface en couleur et moins austère ajouter le paquet htop :



apt-get install htop -y && htop

Pour le savoir, tapez free -m. La mémoire est exprimée en Mo.

Si vous voulez en apprendre plus et devenir un dieu de la console (ce qui est profitable sur votre C.V.), nous vous conseillons vivement la lecture du tutoriel sur la console Linux sur Open ClassRoom

Connectez vous en SSH et tapez cette commande pour éditer le crontab:

crontab -e

Cela va ouvrir le fichier /etc/crontab (à ne pas modifier autrement qu'avec cette commande) avec l'éditeur par défaut du VPS. Dès que vous avez réaliser vos modifications vous pouvez sauvegarder avec CRTL+O et quitter avec CRTL+X

Explication sur le format d'horodatage :

  • mm hh jj MMM JJJ commande
  • mm correspond aux minutes (de 0 à 59)
  • hh correspond à l'heure (de 0 à 23)
  • jj correspond au numéro du jour dans un mois (de 1 à 31)
  • MMM correspond au mois (de 1 à 12)
  • JJJ correspond au jour (1 pour le lundi, etc ...)

Formatage de l'horodatage :

  • * pour chaque unité de temps (ici 1, 2, 3, 4, etc ...)
  • 2,5 pour les unités de temps 2 et 5
  • 1-3 pour un intervalle d'unité de temps (ici 1, 2, 3)
  • */6 pour toutes les 6 unités de temps (ici 0, 6, 12, etc ...)

Raccourcis :

  • @reboot : au démarrage
  • @yearly : tout les ans
  • @monthly : tout les mois
  • @weekly : toutes les semaines
  • @daily : tout les jours
  • @hourly : toutes les heures

Mise en place :

Tout les exemples sont donnés à titre indicatif et toutes commandes peut être utilisée.

Tout les jours à 5h00:
0 5 * * * /etc/init.d apache2 restart
Toutes les 6 heures:
0 */6 * * * /etc/init.d ssh restart
Toutes les 5 minutes:
*/5 * * * * /etc/init.d/minecraft command "say J'aime harmony"
A chaque redémarrage:
@reboot /etc/init.d/minecraft restart

Il existe un script en python capable de faire cela, afin de vous aider dans la gestion de votre VPS et la compréhension des commandes

Installation :

Installation de pip :

Il suffit de rentrer cette commande en ssh :

wget https://raw.github.com/pypa/pip/master/contrib/get-pip.py && python get-pip.py

Installation des dépendances:

pip install docopt pygments

Installation de cheat:

wget https://github.com/chrisallenlane/cheat/archive/master.zip && unzip master.zip && cd cheat-master && python setup.py install && cd .. && rm -rf cheat-master

Utilisation :

cheat tar
Attention lisez attentivement chaque point du tutoriel avant d’exécuter une commande !

Réduire les accès au SuperUser

Pour sécuriser le serveur, il faut changer le port de l'accès SSH et bloquer l’accès de l'utilisateur "root".

Avant toute chose, créez un autre utilisateur : adduser nomDutilisateur (où nomDutilisateur est le nom de l'utilisateur)

Il vous demandera un mot de passe et différentes informations.

Si il ne vous demande pas de rentrer un mot de passe, tapez : passwd nomDutilisateur

Pour changer le port et bloquer l'accès par "root", on édite le fichier /etc/ssh/sshd_config : nano /etc/ssh/sshd_config, éditez comme ci-dessous :

/etc/ssh/sshd_confi/

# What ports, IPs and protocols we listen for br Port 77 # par defaut 22, vérifiez que le port n'est pas déja utilisé PermitRootLogin yes ==> PermitRootLogin no (...) AllowUsers nomDutilisateur

On redémarre :/etc/init.d/ssh restart

Attention après ça si vous voulez vous connecter avec Putty, ce n'est plus le port 22, mais le port que vous avez mis ! Aussi, l'utilisateur sera celui que vous avez créé et pas root. Il faudra taper "su root" une fois connecté pour changer d'utilisateur. Souvenez vous que peu importe toute la sécurité que vous pourrez mettre en place, si le mot de passe est non fiable (trop court, sans alternance majuscules/minuscules, sans chiffre, sans symbole), vous ne serez pas en sécurité.

Fail2Ban :

Tapez les commandes suivantes via ssh :

apt-get update && apt-get install fail2ban

Pour la configuration, on édite le fichier /etc/fail2ban/fail2ban.conf : nano /etc/fail2ban/jail.conf

La partie qui nous intéresse le plus est celle concernant SSH, trouvez cette partie et comparez :

/etc/fail2ban/fail2ban.conf

enabled = true logfile = /var/log/auth.log port = ssh filter = sshd timeregex = S{3}s{1,2}d{1,2} d{2}:d{2}:d{2} timepattern = %%b %%d %%H:%%M:%%S failregex = : (?:(?:Authentication failure|Failed [-/w+]+) for(?: illegal user)?|Illegal user|Did not receive identification) .* from (?‹Phost>S*) maxretry = 3 findtime = 600 bantime = 1800

La protection SSH est activée dans cette exemple. Dans certain cas la ligne "enabled = true" est "enabled = false". Quand c'est le cas , changez par "enabled = true"

On relance Fail2ban : /etc/init.d/fail2ban restart

Qu'est-ce que le pare-feu ?

Il s'agit d'un parefeu matériel de type Cisco ASR 9001 situé en amont des machines. Ce dernier est proposé à nos clients il est entièrerement configurable via 19 règle uniques qui vous permeteront de bénéficier de 1.44Tbs de filtre de données. Selon vos bons réglages, il filtrera le traffic vers votre vps afin d'éviter tout désagrément, couplé à la mitigation c'est un outil contre le DDOS. Si l'on devait en schématiser le fonctionnement il s'agit d'un mur qui ne laisse passer qu'un type de marchandise en fonction de leur destinée.


Comment le faire fonctionner ?

Il faut dans un premier temps autorisé tout les ports que vous voullez ouvrir lorsque vous activerez le pare-feu, puis refuser tout les ports que vous n'utilisez pas. A noter que tout les ports utilisé en local (localhost/127.0.0.1) n'entrent pas en jeux ici puisque le pare-feu "précède" le vps, cf. schéma si dessus.
Il faut noter que l'on ne peut pas désactiver le pare-feu si la mitigation est en forcée cependant dans l'optique de mieux protéger son serveur contre les DDOS il est préférable de coupler le pare-feu à une mitigation forcée.

Autoriser les ports utilisés

Le pare-feu fonctionne par priorité de règle, il faut comprendre que la règle 0 passe avant toutes les autres, la règle 1 passse avant les règles de 2 à 19 mais après la règle et 0 et ainsi de suite. Il s'agit donc d'une pyramide de priorité, par exemple si dans ma règle 19 vous avez tout refusé mais que dans une règle inférieur (entre 0 et 18) vous acceptez le port 22 celui-ci sera accesible.

Par exemple pour ouvrir le port d'un serveur web, qui écoute sur 80, avec le protocole TCP on utilise la règle suivante :

On ne doit jamais remplir le port source (coté client), ce dernier n'étant jamais le même.

Refuser tout les autres ports

Afin de refuser tout les autres ports, il suffit de créer trois règles par exemple de 17 a 19, sur le modèle suivant :

Une fois ces actions réalisées vous devriez obtenir quelque chose suivant ce modèle :

Les ports usuels et leurs protocoles

  • SSH : 22/TCP
  • WEB : 80/TCP
  • Minecraft : 25565/TCP/UDP et dans le sens port source : 443 TCP (soit un total de 3 règles*)
  • Teamspeak : 9987/UDP
*

Avant toutes choses, ce tutoriel tends à être le plus exhaustif possible, cependant il est bien entendu que de simplement copier des commandes sans les comprendre n'a aucun intérêt d'autant plus que certaines comprennent des arguments qui seront inutiles pour certains. Harmony-hosting ainsi que moi même ne pourront être tenue responsable d'un quelconque soucis qui serait lié à l'utilisation de ce tutoriel.

Le message précédant le login :

Premièrement on va s'attarder sur le message qui précède la connexion, ou vous pouvez demander à vos utilisateurs de se connecter ou juste pour les accueillir.

Tout d'abord vous devez créer un fichier qui comporte le message d'accueil :
nano /etc/ssh/hello.msg
A personnaliser selon vos envies !
Ensuite on ouvre le fichier de configuration du SSH :
nano /etc/ssh/sshd_config
Allez tout à la fin et insérez :
Banner /etc/ssh/hello.msg
Pour prendre en compte les changements :
service ssh reload

Le message suivant le login :

ici une seul commande est requise :
nano /etc/motd
Comme précédemment vous pouvez modifier ce fichier à votre guise, le décorer, et pourquoi pas l'utiliser comme post-it afin d'informer chacun de la tache qu'il doit accomplir.

NE PAS REALISER DE "CHOWN -R /"OU SUR /ETC PAR EXEMPLE, SINON LE SYSTEME SERA HS DEFINITIVEMENT /!\

Téléchargement et installation :

On commence par mettre à jour apt-get et installer le serveur ftp :

apt-get update && apt-get install proftpd -y

Cet écran va s'afficher :

Choisissez indépendement.

Création de l'utilisateur UNIX :

On crée l'utilisateur voulu, par exemple ici je veux créer un utilisateur qui sera mon webmaster et qui s'appelle jean :

adduser jean --home=/var/www

Résultat de la commande :

root@debian:~# adduser jean --home=/var/www Attention ! Le répertoire personnel que vous avez indiqué (/var/www) existe déjà. Ajout de l'utilisateur « jean » ... Ajout du nouveau groupe « jean » (1000) ... Ajout du nouvel utilisateur « jean » (1000) avec le groupe « jean » ... Le répertoire personnel « /var/www » existe déjà. Rien n'est copié depuis « /etc/skel ».adduser : Attention ! Le répertoire personnel « /var/www » n'appartient pas à l'utilisateur que vous êtes en train de créer.

Droits de propriété sur le fichier :

On donne les droits de propriété au même dossier sans quoi ce dernier ne pourra rien faire dans son répertoire ce qui est totalement absurde : chown -R jean /var/www

Configuration de Proftpd :

On édite le fichier de config de proftpd, avec son éditeur préféré, ca sera nano pour moi, mais vi par exemple peut tout à fait convenir : nano /etc/proftpd/proftpd.conf on cherche : #DefaultRoot ~ et on dé-commente (enlève le #) puis on remplace par :

DefaultRoot ~
DefaultRoot /var/www jean

Nota : Si l'on veut par exemple autoriser tout le monde à voir le dossier /var/www/secret sauf à Mtl, car vous lui préparez un repas surprise (à base de nem) et dans ce dossier se situe toutes les factures de la reception vous indiquez : DefaultRoot /var/www/secret !mtl Comme ca il n'aura pas accès à ce dossier.

Après voir donné tout ces accès on rrelance proftpd : service proftpd restart

Retrait de la console :

Maintenant ces utilisateurs on accès à la console la manière la plus simple consisterai à modifier le fichier /etc/passwd et de remplacer /bin/sh par /bin/false mais cette manipulation supprime l'accès ftp donc on édite le fichier de config de SSH :

nano /etc/ssh/sshd_config

allez à la fin du fichier et ajouter :

AllowUsers root
DenyUsers jean

Ensuite:

service ssh reload

Ainsi jean aura beau rentrer son mot de passe il ne pourra pas accéder à la console. Il faut se connecter avec l'utilisateur sur l'ip et sur le port 21 (car il s'agit d'un FTP et non d'une interface SFTP)

Les performances et la liberté !

Un serveur VPS est beaucoup plus performant que n'importe quelle offre d'hébergement Minecraft mutualisée, même celles dîtes "illimité". Pourquoi ? Parce que contrairement à ces offres d'hébergement, avec un serveur VPS, vous avez des ressources garanties, qui vous sont dédiées, elles ne sont pas partagées avec d'autres. Aussi, votre serveur Minecraft est installé sur un serveur dédié haut de gamme disposant de plusieurs processeurs physiques et de plusieurs dizaines de coeurs et où vous n'êtes pas limité en utilisation ! Finalement, nos serveurs Minecraft pré-installés ont été optimisés par un ingénieur spécialisé en Java pour vous garantir des performances inégalables.

Autre avantage conséquent : sur un serveur VPS, vous êtes libres d'installer également un serveur Web, un serveur TeamSpeak, ou tout autre logiciel/serveur que vous souhaitez, sans payer un centime de plus. Certains clients installent par exemple un serveur Team Fortress 2 en plus de leur serveur Minecraft, ce qui leur revient beaucoup moins cher que chez la concurrence.

Si nous en croyons les clients qui viennent tous les jours sur notre chat pour nous dire que leurs serveurs sont incroyables de rapidité et de fluidité, alors oui, les serveurs VPS Minecraft sont performants.

Nous accueillons réguliérement des clients deçus des autres hébergeurs: se plaignant de lags et de plantages et qui en venant chez Harmony-Hosting sont conquis, viennent au support juste pour nous remercier et ne souhaiteraient pour rien au monde changer d'hébergeur. A contrario, certains clients nous quittent pour des tarifs plus intéressants chez la concurrence et qui reviennent après quelques semaines seulement en se plaignant des performances des concurrents

Bien sûr ! Et c'est simple. Il ne vous suffit qu'à envoyer votre fichier .jar dans le dossier /home/minecraft en prenant soin de supprimer l'ancien puis de redémarrer le serveur Minecraft.

Si vous ne savez pas comment envoyer des fichiers, réferez vous à la question correspondante dans la catégorie "Serveur VPS".

Pour utiliser BungeeCord, le plus simple est d'utiliser le système pré-installé Bungeecord qui propose déjà plusieurs serveurs configurés ainsi que le proxy.

Ils sont nombreux. Certains ont déjà été évoqués comme le fait que la puissance de calcul "Burst" est très élevée et que vos données sont présentes sur plusieurs disques simultanément, ce qui assure leur sécurité.

Autre élément très intéressant est la flexibilité, les caractéristiques d'un serveur VPS peuvent être modifiées à chaud (c'est à dire sans redémarrage). Vous avez besoin de plus de ressources ? Trois cliques suffisent et la modification prend effet dans les deux minutes. Aucune intervention matérielle requise.

L'installation, la ré-installation, le redémarrage sont très rapides car il n'y a pas d'interruption électrique et une grande partie du système est déjà chargée (BIOS, noyau, ...). Aussi, si vous corrompez votre système, il reste très facile de récupérer vos données et de les sauvegarder pour vous.

Et enfin, il devient possible de faire des sauvegardes entières de votre serveur VPS alors qu'il fonctionne. Pas besoin d'interrompre vos activités pour faire une sauvegarde complète.

Il ne vous suffit qu'à envoyer votre fichier .jar dans le dossier /home/minecraft en prenant soin de supprimer l'ancien puis de redémarrer le serveur Minecraft.

Si vous ne savez pas comment envoyer des fichiers, réferez vous à la question correspondante dans la catégorie "Serveur VPS"

Pensez à bien éteindre Minecraft avant de faire ces manipulations ! Sinon, cela pourrait poser de gros probèmes et ne pas fonctionner, tout simplement. Nous tenons à vous rappeler le fait qu'il ne faut pas éteindre le serveur VPS entiérement (vous éteindriez alors la machine entière et vous ne pourriez même plus transférer les fichiers) mais seulement le serveur Minecraft, à l'aide des commandes d'arrêt disponibles (voir question correspondante).

Dans le dossier "/home/minecraft", commencez par supprimer / sauvegarder / déplacer les mondes actuels (world, world_nether, world_the_end). Envoyez ensuite vos propres mondes. Si vous en envoyez plusieurs, vous devrez sans doute utiliser un plugin multi-mondes. Nous conseillons l'utilisation de MyWorlds à la place Multiverse qui est très gourmand.

Et voilà, c'est tout : vous pouvez démarrer à nouveau Minecraft.

Il ne vous suffit qu'à envoyer vos fichiers dans le dossier /home/minecraft/plugins puis de redémarrer le serveur Minecraft.

Si vous ne savez pas comment envoyer des fichiers, réferez vous à la question correspondante dans la catégorie "Serveur VPS"

Connectez vous en SSH avec PuTTY sur votre serveur VPS. C'est dans cette console que vous taperons les quelques commandes qui vous sauverons la vie. Si vous ne savez pas comment faire, référez vous à la question sur l'utilisation de la console dans la catégorie Serveur VPS.

Ne perdons pas trop notre temps, voici les commandes qui vous intéresserons le plus. Il en existe d'autres mais elles vous seront moins utile.

service minecraft start
Démarre le serveur Minecraft si il est arrêté.
service minecraft stop
Sauvegarde la map puis arrête le serveur.
service minecraft restart
Sauvegarde la map et redémarre le serveur.
service minecraft console
Vous donne la console Minecraft. Utilisez "Ctrl+A+D" pour fermer la console sans fermer Minecraft.
service minecraft status
Renvoit le statut du serveur.
service minecraft kill
Ferme violemment Minecraft. A utiliser seulement en cas de crash car cela peut vous faire perdre des données.
service minecraft command
Envoi une commande dans Minecraft. Utilisez " ... " pour entourer votre commande.
service minecraft backup
Sauvegarde immédiatement les maps.
service minecraft whole-backup
Sauvegarde immédiatement le serveur Minecraft entier.
service minecraft
Affche les autres commandes disponibles pour manipuler Minecraft.
service minecraft config
Vous permet de configurer votre serveur Minecraft.
service minecraft paste-log
Envoyer les log du serveur via pastebin.
service minecraft paste-error
Envoyer les logs ERREUR du serveur via pastebin.

Copie du fichier de service :

Il vous faut copier le fichier de configuration de minecraft, il est normalement situé sous /etc/init.d/minecraft :
cp /etc/init.d/minecraft /etc/init.d/minecraft2
Maintenant il faut le rendre exécutable par la commande suivante :
chmod +x /etc/init.d/minecraft2
Il faut éditer le fichier de configuration nano /etc/init.d/minecraft2 pour changer :
  • # Provides: minecraft en # Provides: minecraft2
  • SCREEN="minecraft_server" en SCREEN="minecraft_deux" (par exemple, ca doit être juste très différent de l'ancien nom)
  • MCPATH="/home/minecraft/" en MCPATH="/home/minecraft2/"
Si vous voullez démarrer votre serveur minecraft au démmarage, il faut utiliser cette commande :
update-rc.d minecraft2 defaults

Création du serveur minecraft :

Ils vous faut créer un dossier pour votre serveur par exemple apellons le minecraft2 comme précédement :
mkdir /home/minecraft2
Ensuite il faut soit copier le jar existant dans minecraft 1 : cp /home/minecraft/*.jar /home/mc2/server2.jar

Lancement du script de configuration de minecraft :

il vous suffit de taper :
service minecraft2 config, ce script vous permet de configurer votre serveur sans soucis, il faut définir la ram (dans un maximum de 90 pour l'ensemble de vos serveur ), il faudrat donc éditer la RAM attribuée à minecraft premier du nom. Vous avez aussi a définir le dossier de minecraft précedement crée et quelques petits paramètres.

Le système pré-installé Bungeecord est un système sur lequel deux serveurs Spigot (aujourd'hui en version 1.7.2, modifiable facilement) sont installés et où un proxy Bungeecord connecte les deux serveurs ensemble. L'installation de tout cela n'est pas facile : nous l'avons fais pour vous !

Comme pour le système pré-installé Minecraft, vous avez accès à des commandes comme service minecraft1 restart à la différence près qu'il faut rajouter le numéro du serveur après "minecraft" pour pouvoir contrôler les différents serveurs.

Pour récupérer la console d'un des serveurs Minecraft, faites service minecraft2 console par exemple (et libérez là avec CTRL+A+D). Il est également possible de récupérer la console du Proxy avec la commande service proxy console

Il est possible d'ajouter des serveurs facilement (voir question suivante).

Lecture du fichier Lisez moi

Tutoriel écrit :

1. Création du serveur :

Il faut se rendre dans le dossier /home et lancer le script "create_srv.sh", commande à utiliser en ssh : cd /home && ./create_srv.sh Il faut penser à choisir la même version que celle du bungee et des autres serveurs sans quoi l’opération se suivra d’un cuisant échec. Et le port ne doit pas non plus déjà être utilisé!

2. Répartition de la RAM :

Il vous faut répartir la RAM dans un maximum de 90%. C'est pourquoi après avoir ajouté un serveur minecraft3 par exemple il faut aussi changer la RAM de minecraft1 & minecraft2 pour avoir un maxium de 90% (par exemple 20+20+60) : service minecraft1 config, il vous demande "Memoire vive maximum en pourcent : 40" Vous modifiez cette valeur.
Vous appuyez ensuite sur entrée, vous laissez non à la seconde question et validez encore avec entrée.

Vous réalisez la même opération avec minecraft2 : service minecraft2 config, il vous demande "Memoire vive maximum en pourcent : 40" Vous modifiez cette valeur. Vous appuyez ensuite sur entrée, vous laissez non à la seconde question et validez encore avec entrée.

==> Continuez avec tout les serveurs afin de ne pas dépasser 90% au total... N.B : vous pouvez modifier n'importe quel serveur avec service minecraftX config, ou X est le numéro de votre serveur. Il vous faut maintenant redémarrer tous vos serveurs Minecraft ainsi modifiés. N.B: A noter que pour changer la commande /server mc1, il faut simplement changer mc1 par lobby par exemple dans le bukkit.yml

Lecture du fichier Lisez moi

Tutoriel écrit :

Afin de changer la version de vos serveurs et proxy, le VPS livré en 1.8.3, comporte aussi les fichiers .jar destinés à une version 1.7.2 et 1.7.10, pour se faire il faut par exemple pour la version 1.7.2 réaliser ces opérations :

1. Arrêt des serveurs Minecraft :

service minecraft1 stop
service minecraft2 stop
[...]
service minecraft100 stop
...etc

2. Arrêt du proxy :

service proxy stop

3. Copie des versions fournies :

Les serveurs:

cd /home && cp fichiers_creation/versions/1.7.2/ minecraft.jar /home/minecraft1/minecraft1.jar
cd /home && cp fichiers_creation/versions/1.7.2/ minecraft.jar /home/minecraft2/minecraft2.jar
[...]
cd /home && cp fichiers_creation/versions/1.7.2/ minecraft.jar /home/minecraft100/minecraft100.jar
etc ...

Le proxy (BungeeCord):

cd /home && cp fichiers_creation/versions/1.7.2/ bungeecord.jar /home/bungeecord/bungeecord.jar
N.B: Vous êtes libre de télécharger et utiliser tout autre jar disponible sur le net.

Pas de panique, il n'y a pas de magie. On va s'en sortir. Les 3/4 des bugs sont dû à des plugins.

Avez vous pensé à essayer de redémarrer Minecraft ? Avez-vous bien une version de Minecraft dans le dossier /home/minecraft ?

Commencez par vérifier que Minecraft fonctionne. On utilise d'abord une commande permettant de voir tous les processus en fonctionnement en détail : ps aux. Si Java apparait, alors le serveur est lancé et vous pouvez essayer de voir la console avec service minecraft console.

Si le serveur était éteint ou que la console ne vous a pas aidé, il est temps de consulter le fichier "server.log". Servez vous de WinSCP. Placez vous à la fin du fichier et remontez vers les erreurs. Il y a des erreurs que l'on retrouve réguliérement :

Out of memory
Un plugin doit prendre plus de mémoire vive que ce qu'il devrait prendre. Soit c'est parce que c'est un plugin gourmand (réduisez alors la mémoire vive de Minecraft pour en laisser plus au plugin, de façon imagée) - Soit c'est un plugin buggué qui prendrait 200Go de RAM si on lui en donnait 200. Il faut l'identifier et le supprimer/mettre à jour.
IndexOutOfBounds
Cas typique d'un plugin programmé avec les pieds. Un plugin a accédé à une case d'un tableau qui n'existe pas alors qu'il devrait vérifier avant. Supprimez le plugin en question ou mettez le à jour.
NoSuchMethodError
Vérifiez les versions Minecraft / Plugins.
Autres
Regardez en détail le message d'erreur, il y a en général le nom du plugin qui apparait, et aussi l'erreur précise. Une recherche sur Google peut vous sortir de là. Sinon venez nous voir au support.

Lorsque vous tapez service minecraft, vous voyez une ligne de lancement Java puis l'aide s'afficher, rendez vous dans le dossier /home/minecraft avec la commande cd /home/minecraft et collez la commande de lancement de Java, visible juste au dessus dans votre console. Cela lancera manuellement Minecraft et vous affichera les éventuelles erreurs de démarrage. Si vous ne les comprenez pas, n'hésitez pas à nous rejoindre au support en joignant ces erreurs.

Si votre serveur lag, c'est à coup sûr à cause d'un mauvais plugin ou d'un plugin mal configuré. Pourquoi l'affirmons-nous ? Parce que c'est tout les jours là même chose au support depuis que Minecraft est sorti.

La première chose à faire est de vérifier les logs de Minecraft pour vérifier si des plugins générent des erreurs. Si c'est le cas, il faut corriger cela avant de faire quoi que ce soit d'autre. Une erreur Java génère un lag important. Couramment, un serveur Minecraft peut planter en cas de mauvaise configuration ou encore de mauvaise version. Il peut également y avoir des erreurs Java en cas de corruption de map. Si vous ne comprennez pas les messages d'erreurs, venez au support technique avec et nous vous aiderons.

Une méthode très efficace pour trouver l'origine du lag est la commande /timings paste retournant un lien vers un rapport présentant les différents temps pris par les différentes opérations effectuées sur votre serveur Minecraft ainsi que leurs ratios. N'hésitez pas à faire plusieurs rapports et à venir au support technique avec afin que nous puissions vous aider

Finalement, certains plugins sont très connus pour faire lagger un serveur, le faire rollback ou pour le planter, nous en tenons une petite liste au support technique. Aussi, des boucles de Redstone trop rapides/importantes ou un nombre élevé de mobs peuvent être à l'origine de lags.

Parfois il suffit de regarder du coté d'un plugin qui peut empêcher la connexion de vos joueurs mais il peut aussi arrivé que les services de minecraft ne soit plus accessible, c'est pourquoi nous vous conseillons de consulter régulièrement ce lien.

Les performances et la liberté !

Un serveur VPS est beaucoup plus performant que n'importe quelle offre d'hébergement de jeu mutualisée, même celles dîtes "illimité". Pourquoi ? Parce que contrairement à ces offres d'hébergement, avec un serveur VPS, vous avez des ressources garanties, qui vous sont dédiées, elles ne sont pas partagées avec d'autres. Aussi, votre serveur Minecraft est installé sur un serveur dédié haut de gamme disposant de plusieurs processeurs physiques et de plusieurs dizaines de coeurs et où vous n'êtes pas limité en utilisation ! Finalement, nos serveurs Minecraft pré-installés ont été optimisés par un ingénieur spécialisé en Java pour vous garantir des performances inégalables.

Autre avantage conséquent : sur un serveur VPS, vous êtes libres d'installer également un serveur Web, un serveur TeamSpeak, ou tout autre logiciel/serveur que vous souhaitez, sans payer un centime de plus. Certains clients installent par exemple un serveur Team Fortress 2 en plus de leur serveur Minecraft, ce qui leur revient beaucoup moins cher que chez la concurrence.

Les fichiers

Avant toute chose, il y a plusieurs dossiers et fichiers de configuration intéressants. Connectez vous en SFTP avec WinSCP sur votre serveur VPS. Si vous ne savez pas comment faire, référez vous à la question correspondante au transfert de fichier dans la catégorie "Serveur VPS".

Dans votre FTP, les fichiers suivants, vous trouverez le fichier de configuration /home/steam/gmod/server_config.cfg qui permet de changer un certain nombre de paramètres comme : le nom du serveur, son nombre de slots, son mot de passe, sa carte par défaut, son mode de jeu, son port, son mot de passe RCON mais aussi les paramètres du Workshop. Sachez également que vous retrouverez le dossier de Garry's Mod à cet emplacement: /home/steam/gmod/garrysmod/.

Vous pouvez télécharger, modifier, et renvoyer les fichiers. Attention à ne pas utiliser d'éditeurs comme WordPad. Préférez Notepad++ et pensez à faire des sauvegardes des fichiers.

Manipulation du serveur

Pour démarrer, arrêter, redémarrer, avoir la console du serveur, il existe plusieurs commandes. Connectez vous en SSH avec PuTTY sur votre serveur VPS. C'est dans cette console que vous taperons les quelques commandes qui vous sauverons la vie. Si vous ne savez pas faire, référez vous à la question sur l'utilisation de la console dans la catégorie "Serveur VPS".

service gmod start
Démarre votre serveur Garry's Mod si il ne l'est pas déjà.
service gmod stop
Arrête votre serveur Garry's Mod
service gmod restart
Redémarre votre serveur Garry's Mod
service gmod console
Vous ouvre la console du serveur. Vous pouvez fermer la console sans fermer le serveur avec les touches "Ctrl+a+d"
service gmod update
Permet de mettre à jour votre serveur Garry's Mod

Bien sûr et le système pré-installé a même été prévu pour !

Connectez vous en SSH avec PuTTY sur votre serveur VPS et tapez la commande: add-gmod *nom_du_serveur*. Si vous ne savez pas faire, référez vous à la question sur l'utilisation de la console dans la catégorie "Serveur VPS". Il vous faudra ensuite modifier le fichier de configuration du serveur, notamment son port dans le fichier /home/steam/*nom_du_serveur*/server_config.cfg. Puis, vous devrez lancer le serveur avec service *nom_du_serveur* start ou bien redémarrer votre serveur VPS.

Si vous voulez supprimer le serveur, il vous suffit de taper la commande: del-gmod *nom_du_serveur*.

Les fichiers

Avant toute chose, il y a plusieurs dossiers et fichiers de configuration intéressants. Connectez vous en SFTP avec WinSCP sur votre serveur VPS. Vous trouverez dans le dossier "/" (racine) un ensemble de fichiers et dossiers relatifs à vos serveurs Counter-Strike: Global Offensive et TeamSpeak3. Si vous ne savez pas comment faire, référez vous à la question correspondante au transfert de fichier dans la catégorie "Serveur VPS".

csgo
c'est le dossier contenant le serveur CS:GO et l'ensemble de ses fichiers.
server.cfg
c'est la configuration principal de CS:GO. Vous trouverez plein de documentation sur toutes les possibilités qu'offrent ce fichier sur Internet.
server_config.cfg
c'est le fichier de configuration de lancement du serveur. Vous trouverez ici le nombre de slots, le port, la map au démarrage. Voir ci-dessous
teamspeak3_admin_token.txt
C'est le fichier qui contient le token TeamSpeak3 pour devenir administrateur

Vous pouvez télécharger, modifier, et renvoyer les fichiers. Attention à ne pas utiliser d'éditeurs comme WordPad. Préférez Notepad++ et pensez à faire des sauvegardes des fichiers.

Configuration

Dans le fichier server_config.cfg, vous devez d'abord configurer le mode de jeu que vous voulez avoir. Cela se fait par deux variables : Type & Mode. Par défaut, le serveur est en Classic Casual.

Ensuite, vous avez le choix de la map de démarrage et du groupe de maps de votre serveur. Vous trouverez ci-dessous la configuration à indiqué en fonction du mode de jeu choisi ainsi que les maps disponibles.

Classic Casual
[Mode: 0 || Type: 0]
  • mg_bomb (de_dust2, de_dust, de_train, de_aztec, de_nuke, de_inferno)
  • mg_dust (de_dust, de_dust2)
  • mg_hostage (cs_italy, cs_office)
Classic Competitive
[Mode: 1 || Type: 0]
  • mg_+(de_train, de_dust2, de_inferno, de_nuke, de_dust, de_aztec, de_vertigo, cs_italy, cs_office) (ie: mg_de_train)
Gungame Arms Race
[Mode: 0 || Type: 1]
  • mg_armsrace (ar_baggage, ar_shoots)
Gungame Demolition
[Mode: 0 || Type: 1]
  • mg_demolition (de_sugarcane, de_bank, de_shorttrain, de_safehouse, de_lake, de_stmarc)

Et enfin, vous pouvez configurer le nombre de slots et le port du serveur (27015 par défaut)

Manipulation du serveur

Pour démarrer, arrêter, redémarrer, avoir la console du serveur, il existe plusieurs commandes. Connectez vous en SSH avec PuTTY sur votre serveur VPS. C'est dans cette console que vous taperons les quelques commandes qui vous sauverons la vie. Si vous ne savez pas faire, référez vous à la question sur l'utilisation de la console dans la catégorie "Serveur VPS".

csgo start
Démarre votre serveur CS:GO si il ne l'est pas déjà.
csgo stop
Arrête votre serveur CS:GO
csgo restart
Redémarre votre serveur CS:GO
csgo console
Vous ouvre la console du serveur. Vous pouvez fermer la console sans fermer le serveur avec les touches "Ctrl+A+D"

Les fichiers

Avant toute chose, il y a plusieurs dossiers et fichiers de configuration intéressants. Connectez vous en SFTP avec WinSCP sur votre serveur VPS. Vous trouverez dans le dossier "/" (racine) un ensemble de fichiers et dossiers relatifs à vos serveurs Counter-Strike: Source et TeamSpeak3. Si vous ne savez pas comment faire, référez vous à la question correspondante au transfert de fichier dans la catégorie "Serveur VPS".

counter_strike_source
c'est le dossier contenant le serveur CS:S et l'ensemble de ses fichiers.
server.cfg
c'est la configuration principal de CS:S. Vous trouverez plein de documentation sur toutes les possibilités qu'offrent ce fichier sur Internet.
server_config.cfg
c'est le fichier de configuration de lancement du serveur. Vous trouverez ici le nombre de slots, le port, la map au démarrage. Voir ci-dessous
teamspeak3_admin_token.txt
C'est le fichier qui contient le token TeamSpeak3 pour devenir administrateur

Vous pouvez télécharger, modifier, et renvoyer les fichiers. Attention à ne pas utiliser d'éditeurs comme WordPad. Préférez Notepad++ et pensez à faire des sauvegardes des fichiers.

Manipulation du serveur

Pour démarrer, arrêter, redémarrer, avoir la console du serveur, il existe plusieurs commandes. Connectez vous en SSH avec PuTTY sur votre serveur VPS. C'est dans cette console que vous taperons les quelques commandes qui vous sauverons la vie. Si vous ne savez pas faire, référez vous à la question sur l'utilisation de la console dans la catégorie "Serveur VPS".

css start
Démarre votre serveur CSS si il ne l'est pas déjà.
css stop
Arrête votre serveur CSS
css restart
Redémarre votre serveur CSS
css console
Vous ouvre la console du serveur. Vous pouvez fermer la console sans fermer le serveur avec les touches "Ctrl+A+D"

Il faut tout d'abord configurer le RCON dans le fichier de configuration en définissant le mot de passe RCON puis redémarrer.

Si le RCON de votre serveur ne fonctionne toujours pas, ajoutez le paramètre -usercon dans le fichier de lancement /etc/init.d/csgo (ou tf ou css) à la fin de la ligne INVOCATION qui se situe au début du fichier. Veillez à mettre ceci juste avant le guillemet de fin. Aussi, éditez ce fichier à l'aide d'un logiciel comme Notepad++ et pas Wordpad ou Notepad : cela pourrait rendre votre serveur non fonctionnel.

Après le redémarrage de votre serveur, le RCON devrait être accessible.

Les fichiers

Avant toute chose, il y a plusieurs dossiers et fichiers de configuration intéressants. Connectez vous en SFTP avec WinSCP sur votre serveur VPS. Vous trouverez dans le dossier "/" (racine) un ensemble de fichiers et dossiers relatifs à vos serveurs Team Fortress 2 et TeamSpeak3. Si vous ne savez pas comment faire, référez vous à la question correspondante au transfert de fichier dans la catégorie "Serveur VPS".

team_fortress2
c'est le dossier contenant le serveur TF2 et l'ensemble de ses fichiers.
server.cfg
c'est la configuration principal de TF2. Vous trouverez plein de documentation sur toutes les possibilités qu'offrent ce fichier sur Internet.
server_config.cfg
c'est le fichier de configuration de lancement du serveur. Vous trouverez ici le nombre de slots, le port, la map au démarrage. Voir ci-dessous
teamspeak3_admin_token.txt
C'est le fichier qui contient le token TeamSpeak3 pour devenir administrateur

Vous pouvez télécharger, modifier, et renvoyer les fichiers. Attention à ne pas utiliser d'éditeurs comme WordPad. Préférez Notepad++ et pensez à faire des sauvegardes des fichiers.

Manipulation du serveur

Pour démarrer, arrêter, redémarrer, avoir la console du serveur, il existe plusieurs commandes. Connectez vous en SSH avec PuTTY sur votre serveur VPS. C'est dans cette console que vous taperons les quelques commandes qui vous sauverons la vie. Si vous ne savez pas faire, référez vous à la question sur l'utilisation de la console dans la catégorie "Serveur VPS".

service tf2 start
Démarre votre serveur Team Fortress 2 si il ne l'est pas déjà.
service tf2 stop
Arrête votre serveur Team Fortress 2
service tf2 restart
Redémarre votre serveur Team Fortress 2
service tf2 console
Vous ouvre la console du serveur. Vous pouvez fermer la console sans fermer le serveur avec les touches "Ctrl+A+D"
service tf2 update
Mets à jour le serveur.

1- Téléchargement de l'archive Linux

Accédez à votre VPS grâce à PuTTY ou autre client ssh, connectez-vous en root.
Entrez la commande suivante :
wget 'http://files.sa-mp.com/samp037svr_R1.tar.gz'
Une fois l'archive téléchargez, entrez cette commande :
tar -xzvf samp*.tar.gz pour décompresser l'archive.

2- Installation d'une lib indispensable

Il faut installer une librairie indispensable : apt-get update && apt-get install lib32stdc++6 -y

3- Accès au dossier et configuration

Accédez au dossier du serveur : cd samp03 chmod a+x samp03svr samp-npc announce. Ces fichiers serviront au lancement, à la gestion des bots (personnages non-jouables) et à la publication dans l'annuaire des serveurs.

Ouvrez avec votre éditeur favori le fichier 'server.cfg'. Par exemple :
nano server.cfg Modifiez la case 'rcon_password' en indiquant à la place de changeme un mot de passe de votre choix (ce mot de passe vous servira à contrôler votre serveur si aucun moyen d'administration autrui n'a été mis en place).

La ligne 'maxplayers' contient le nombre maximum de slots de connexion. Par défaut, vous pouvez avoir que 32 joueurs, vous pouvez obtenir 500 joueurs au maximum.

La ligne 'port' contient normalement 4 chiffres (par défaut 7777). Vous pouvez laisser comme il est ;)

La ligne 'hostname' contient le nom du serveur tel qu'il apparaîtra dans l'annuaire. Vous n'êtes pas obligés de changer cette valeur.

La ligne 'filterscripts' contient des petits systèmes hors du script principal. Vous pouvez en ajouter, pour ce faire RDV dans le dossier filterscripts. Vous avez x2 le même nom de fichier normalement, prenez le nom du fichier (gl_anims par exemple) et placez-le après les autres noms dans la ligne adéquate.

La ligne 'gamemode' contient le script principal de votre serveur (son cœur en gros). Les gamemodes sont trouvables dans le dossier gamemodes.
Vous pouvez créer votre propre GameMode, il suffit d'apprendre le langage Pawn (dérivé du C+) en allant ici (forum français).
Une fois ceci fini, vous pouvez enregistrer le fichier en l'écrasant.

Pour que votre serveur soit démarré, entrez la commande suivante:
nohup ./samp03svr &
Pour éviter de fermer le serveur, fermez et ré-ouvrez votre client SSH.

4- Connexion au serveur

Pour se connecter, vous devez au préalable obtenir le jeu Grand Theft Auto San Andreas (il coûte environ 12€ dans les e-boutiques). Si le jeu est déjà installé sur votre PC, téléchargez le client SA-MP et installez-le.

Une fois le client démarré, dans la colonne en haut, cliquez sur 'Servers', ensuite 'Add server', puis entrez l'adresse IP de votre VPS (où le serveur a été démarré), suivi d'un : puis le port que vous avez choisi (7777 si vous ne l'avez pas changé).

Par exemple, si votre ip est 127.0.0.1, connectez vous sous 127.0.0.1:7777

Merci à o_be_one de r0x.fr pour nous avoir apporté son correctif.

Les fichiers

Avant toute chose, il y a plusieurs dossiers et fichiers de configuration intéressants. Connectez vous en SFTP avec WinSCP sur votre serveur VPS. Si vous ne savez pas comment faire, référez vous à la question correspondante au transfert de fichier dans la catégorie "Serveur VPS".

Dans votre FTP, les fichiers suivants, vous trouverez le fichier de configuration /home/terraria/serverconfig.txt qui permet de changer un certain nombre de paramètres comme : le nom du serveur, son nombre de slots, son mot de passe ou encore son mot de passe RCON.

Vous pouvez télécharger, modifier, et renvoyer les fichiers. Attention à ne pas utiliser d'éditeurs comme WordPad. Préférez Notepad++ et pensez à faire des sauvegardes des fichiers.

Manipulation du serveur

Pour démarrer, arrêter, redémarrer, avoir la console du serveur, il existe plusieurs commandes. Connectez vous en SSH avec PuTTY sur votre serveur VPS. C'est dans cette console que vous taperons les quelques commandes qui vous sauverons la vie. Si vous ne savez pas faire, référez vous à la question sur l'utilisation de la console dans la catégorie "Serveur VPS".

service terraria start
Démarre votre serveur Terraria si il ne l'est pas déjà.
service terraria stop
Arrête votre serveur Terraria
service terraria restart
Redémarre votre serveur Terraria
service terraria console
Vous ouvre la console du serveur. Vous pouvez fermer la console sans fermer le serveur avec les touches "Ctrl+a+d"
service terraria command
Permet d'envoyer une commande directement au serveur sans avoir à passer par la console

Les serveurs VPN ont plusieurs utilités : la première étant le masquage de votre adresse IP rèelle: cela vous rend donc plus anonyme. La deuxième est liée au fait qu'un serveur VPN agit comme un tunnel, invisible à l'oeil des réseaux bridés : cela vous permet d'outrepasser certaines limitations du réseau sur lequel vous vous trouvez: comme la censure, l'empêchement d'accéder à certains ports, la limite de débit vers certains points..

Pour illustrer ceci, voici quelques exemples. Certaines personnes utilisent leurs VPN pour s'anonymiser, d'autres pour être capable de jouer à des jeux-vidéos sur leurs lieux d'études. Ou très souvent, des utilisateurs de Free l'utilisent pour accèder plus rapidement à Youtube et être capable de lire des vidéos 1080p.

Les performances, la liberté et le débit !

Un serveur VPS est beaucoup plus performant que n'importe quelle offre d'hébergement VPN mutualisée, même celles dîtes "illimité". Pourquoi ? Parce que contrairement à ces offres d'hébergement, avec un serveur VPS, vous avez des ressources garanties, qui vous sont dédiées, elles ne sont pas partagées avec d'autres. Aussi, votre serveur Minecraft est installé sur un serveur dédié haut de gamme disposant de plusieurs processeurs physiques et de plusieurs dizaines de coeurs et où vous n'êtes pas limité en utilisation ! Finalement, nos serveurs Minecraft pré-installés ont été optimisés par un ingénieur spécialisé en Java pour vous garantir des performances inégalables.

Autre avantage conséquent : sur un serveur VPS, vous êtes libres d'installer également un serveur Web, un serveur TeamSpeak, ou tout autre logiciel/serveur que vous souhaitez, sans payer un centime de plus. Certains clients installent par exemple un serveur Team Fortress 2 en plus de leur serveur Minecraft, ce qui leur revient beaucoup moins cher que chez la concurrence.

Finalement, le débit d'un serveur VPS est conséquent. L'hôte est connecté en 1 Gbps dans un datacenter au centre de l'Europe, interconnectés avec des dizaines de fibres allant dans de nombreux pays. De plus, comme vous êtes seuls à utiliser le VPN (c'est votre propre machine), le débit n'est pas partagé entre les différents utilisateurs. La vitesse est donc maximale.

Connectez vous en SSH avec PuTTY sur votre serveur VPS. C'est dans cette console que vous taperons les quelques commandes qui vous sauverons la vie. Si vous ne savez pas comment faire, référez vous à la question correspondante à l'utilisation de la console dans la catégorie "Serveur VPS".

Executez le script de création avec la commande cd / && ./openvpn_newclient.sh qui vous demandera un pseudonyme de la personne pour l'identifier (faites simple). Le script vous demandera aussi si vous voulez créer un utilisateur avec ou sans mot de passe. Nous vous conseillons l'utilisation d'un mot de passe. Il vous demandera aussi de confirmer les informations personnelles (Country name, etc) de l'utilisateur, que vous n'êtes pas obliger de remplir. Vous pouvez donc simplement appuyer sur Entrer plusieurs fois. Lorsqu'il vous demandera si vous voulez signer le certificat (Sign the certificate?), répondez par "y" et validez. Une question vous demande également de répondre par "y". A partir de ce point, l'utilisateur a été crée.

Vous trouverez le dossier de configuration de l'utilisateur dans le dossier "/OpenVPN_Clients" dans plusieurs variantes : MacOS, Windows XP, Windows Vista, Windows Seven et Linux. Téléchargez celui que vous désirez à l'aide du (s)FTP. Il ne restera plus qu'à configurer le logiciel de VPN sur votre PC.

Il convient de télécharger le logiciel Tunnelblick qui est le meilleur client pour Mac OS X et qui se révèle être très simple (une icône dans la barre supérieure).

Téléchargez à l'aide du (s)FTP le dossier "PseudoDuClient-MacOSX.tblk" qui se trouve dans "/OpenVPN_Clients" (à condition que vous ayez déjà crée un utilisateur). Ce dossier sera interprété comme un fichier de configuration lisible par Tunnelblick. Il suffit de l'ouvrir pour ajouter la configuration du VPN à votre Mac.

Pour vous connecter, dans la barre supérieure de votre Mac, cliquez sur l'icone de Tunnelblick et cliquez sur "Connecter ...". Tout devrait-être au vert (sinon venez nous voir au support avec les messages d'erreurs). Votre IP devrait donc maintenant être celle du VPS. (Cliquez ici pour vérifier)

Il convient de télécharger le logiciel Client OpenVPN (Windows Installer pour 32 ou 64 bits) qui est le client officiel pour Windows.

Téléchargez à l'aide du (s)FTP le dossier "PseudoDuClient-WinSeven" ou "PseudoDuClient-WinVista" ou "PseudoDuClient-WinXP" selon votre système d'exploitation qui se trouvent dans "/OpenVPN_Clients" (à condition que vous ayez déjà crée un utilisateur). Ce dossier servira à configurer le logiciel.

Une fois le logiciel configuré, connectez vous. Tout devrait-être au vert (sinon venez nous voir au support avec les messages d'erreurs). Votre IP devrait donc maintenant être celle du VPS. (Cliquez ici pour vérifier)

La procédure d'installation de TeamSpeak n'est pas très difficile mais nécéssite de bien suivre les étapes correctement.

Connectez vous en SSH avec PuTTY sur votre serveur VPS. C'est dans cette console que vous taperons les quelques commandes qui vous sauverons la vie. Si vous ne savez pas faire, référez vous à la question correspondante à l'utilisation de la console dans la catégorie "Serveur VPS".

Méthode automatisée

La première façon de faire est d'utiliser un script automatique qui le fera à votre place. Pour cela, copiez-collez cela dans la console SSH (PuTTY) : cd && wget harmony-hosting.com/bundles/harmonyfaq/files/teamspeak.sh --no-check-certificate && chmod +x teamspeak.sh && ./teamspeak.sh et c'est tout !

Méthode manuelle

On crée un dossier pour TeamSpeak avec mkdir /home/teamspeak ainsi qu'un utilisateur avec cette commande useradd --home /home/teamspeak teamspeak. Et on va dedans cd /home/teamspeak

On va télécharger TeamSpeak3 dans sa dernière version wget http://dl.4players.de/ts/releases/3.0.10.2/teamspeak3-server_linux-amd64-3.0.10.2.tar.gz. Puis on le décompresse tar xzvf teamspeak3* et on va dans le dossier cd teamspeak3-server_linux-amd64

On définit les droits chown teamspeak:teamspeak /home/teamspeak -R && chmod 755 /home/teamspeak -R

Nous pouvons maintenant lancer TeamSpeak 3 pour la première fois et noter le Token qui vous premettra de vous promouvoir administrateur su teamspeak -c "./ts3server_startscript.sh start"

Vous devriez voir un message du même acabit que celui cité ci-dessous, vous y voyez le Token pour être promu administrateur.

------------------------------------------------------------------
I M P O R T A N T
------------------------------------------------------------------
ServerAdmin privilege key created, please use it to gain
serveradmin rights for your virtualserver. please
also check the doc/privilegekey_guide.txt for details.

token=Rvehx0Bkbe3YsMxoNLTkyQMbq1qE7O47VxMueDCs
------------------------------------------------------------------

A ce stade, le serveur TeamSpeak 3 est installé et on pourra le relancer avec la commande su teamspeak -c "cd /home/teamspeak/teamspeak3-server_linux-amd64 && ./ts3server_startscript.sh start". Cependant, nous allons faire quelques étapes supplémentaires afin que TeamSpeak3 se lance en même temps que le serveur VPS.

Vous devez placer ce fichier sous cette forme "/etc/init.d/teamspeak" :

cd /etc/init.d/ && wget "harmony-hosting.com/bundles/harmonyfaq/files/teamspeak" --no-check-certificate.

Une fois cela fait, vous devrez taper la commande suivante afin de mettre le serveur TeamSpeak 3 au démarrage avec chmod +x /etc/init.d/teamspeak && update-rc.d teamspeak defaults

C'est terminé ! Le serveur TeamSpeak3 se lancera au démarrage de votre serveur VPS, et en bonus, vous avez des commandes du type /etc/init.d/teamspeak restart

L'installation de Mumble est très aisée. Connectez vous en SSH avec PuTTY sur votre serveur VPS. C'est dans cette console que vous taperons les quelques commandes qui vous sauverons la vie. Si vous ne savez pas faire, référez vous à la question correspondante à l'utilisation de la console dans la catégorie "Serveur VPS".

La seule étape et la plus importante est l'installation par les dépots avec apt-get update && apt-get install mumble-server -y && dpkg-reconfigure mumble-server

Vous devriez avoir une fenêtre gris/bleu comme ci-dessous. Il faut saisir un mot de passe pour l'utilisateur administrateur "SuperUser".

Si vous êtes curieux ou bricoleurs, vous pourriez éditer le fichier "/etc/mumble-server.ini" qui est le fichier de configuration du serveur Mumble (comme son nombre de slots).

Grâce à cette partie, vous allez pouvoir installer simplement un serveur web. Sachez que l'ensemble prend environs 300 Mo de mémoire vive. Sachez également que cette installation a pour vertue d'être une des plus simples à effectuer et à prendre en main mais qu'elle n'est pas la plus performance. Si vous êtes plus expérimentés et cherchez une installation plus performante, nous vous conseillons de considérer Nginx avec Redis et MemCached, une installation simple est décrite ici : Nginx + PHP-fpm + MemCached + Redis

I. Apache2

a. Avant propos :

Avant toutes choses, ce tutoriel tends à être le plus exhaustif possible, cependant il est bien entendu que de simplement copier des commandes sans les comprendre n'a aucun intérêt d'autant plus que certaines comprennent des arguments qui seront inutiles pour certains. C'est pourquoi je vous invite à bien lire et comprendre ce dernier, de plus chacune des étapes qui suivent nécessite la réalisation des précédentes, si "ca marche pas" c'est que vous avez forcément oublié une étape.

b. Installation :

Il faut donc installer les paquets relatifs à apache2 :

apt-get update && apt-get install apache2 apache2-utils -y On mets à jour apt, et l'on instaler apache et ses utilitaires

Normalement si tout ce passe bien vous devriez voir ce message en vous connectant sur l'adresse IP de votre serveur ou sur votre domaine :

c. Configuration :

Afin que votre site fonctionne correctement il faut faire quelque modification dans la configuration de apache2, pour celà on édite avec via son éditeur préféré le fichier /etc/apache2/sites-available/000-default* : Supprimez l'ancien vhost et remplacez le : rm /etc/apache2/sites-available/000-default.conf si il n'existe pas : puis on y colle ce contenu :

<VirtualHost *:80>
  ServerAdmin webmaster@domain.com
  ServerName domain.com
  DocumentRoot /var/www
  <Directory />
        Options FollowSymLinks
        AllowOverride None
  </Directory>
  <Directory /var/www/>
        Options -Indexes +FollowSymLinks +MultiViews
        AllowOverride ALL
        Order allow,deny
        allow from all
  </Directory>

  ScriptAlias /cgi-bin/ /usr/lib/cgi-bin/
  <Directory "/usr/lib/cgi-bin">
        AllowOverride None
        Options +ExecCGI -MultiViews +SymLinksIfOwnerMatch
        Order allow,deny
        Allow from all
  </Directory>

  ErrorLog ${APACHE_LOG_DIR}/error.log

  LogLevel warn

  CustomLog ${APACHE_LOG_DIR}/access.log combined
</VirtualHost>
Afin de coller le contenu précédement cité il faut éditer le fichier : nano /etc/apache2/sites-available/000-default.conf, puis coller avec le clic sous Putty ou ctrl+V/CMD+V sous unix via terminal. pensez à modifier domain.com par votre domaine ou votre .cloudcraft.fr

il faut maintenant valider vos modifications soit en utilisant Ctrl+X et répondant oui ou alors en faisant d'abord Ctrl+O, valider puis Ctrl+X pour quitter. Maitenant nous allons activer la réecriture d'url sur apache2 : a2enmod rewrite commande simple pour plus d'information sur les autres commandes tapez "a2" et appuyez deux fois sur TAB. Maintenant nous allons donnez les droit d'accès en écriture, lecture etc à apache 2 : chown -R www-data:www-data /var/www/ && chmod -R 755 /var/www/ Commande à refaire si les droits sur les nouveaux fichier ne semble pas s'oppérer.

d. Sécurisation de Apache 2 :

Il faut maintenant sécuriser un minimum votre serveur web, pour cela il faut éditer le fichier de configuration de la sécurité de apache2 : /etc/apache2/conf-enabled/security.conf, on utilise son éditeur préféré, nano pour ma part : nano /etc/apache2/conf-enabled/security.conf ou nano /etc/apache2/conf.d/security selon les versions d'apache2 Le fichier de sécurité s'ouvre.

On doit remplacer plusieurs valeurs (il est possible qu'elle existe sous un attribut différent), (ctrl+W permet de faire une recherche dans le fichier sous nano) on va remplacer ServerSignature On par ServerSignature Off(ou l'on commente le premier et décommente le second), cela permet de cacher la version de apache en bas des pages d'erreurs par exemple. En suite on affiche cherche à n'afficher que "Apache" lorsque que quelqu'un cherche à découvrir la version de apache, pour cela on remplace ServerTokens par ServerTokens Prod, pour finir on remplace TraceEnable par TraceEnable Off c'est une commande de debogage qui n'a pas lieu de demeurrer. Si par hasard ces lignes sont innexistantes, il faut les créer. On va maintenant reactualiser apache2 pour qu'il prenne en compte les changements : service apache2 reload Si vous avez des erreurs ca se passe par là : tail /var/log/apache2/error.log

Vous avez maintenant un serveur web, simple et sécurisé qui dispose de quoi lire et interpréter des pages en HTML. Si le PHP vous intéresse, continuez ce tutoriel.

Php 5 :

a. Avant-propos :

Dans ce chapitre vous allez apprendre à installer l'extension capable d'interpréter le code php incrémenté dans vo pages, c'est le cas des pages se terminant par .php par exemple. c'est une option si vous n'en voyez pas l'intérêt ni n'en n'avez le besoin passez votre chemin. Avant d'installer ce paquet vous avez réalisé et validé le chapitre 1, vous avez donc terminer l'installation de apache2 sans quoi l'ajout de php est sans intérêt.​

b. Instalation :

L'instalation de php5 se déroule en ligne de commande, comme à l'habitude on mets à jour l'utilitaire apt, puis on installe les paquets relatifs à php5, on va voir deux commandes, l'une pour une instalation basique et l'autre pour une installation avancée : apt-get update && apt-get install php5 -y Ici on installe juste php5. apt-get update && apt-get install php5 php5-dev php5-gd -y Ici on installe les outils de devllopement de php, qui permettent de compiler les modules ainsi que la libraire GD qui permet de manipuler les images en php, lors de l'utilisation d'un captcha par exemple.

c. Vérification de l'instalation :

Afin de tester si php fonctionne bien sur votre serveur web on va créer et lancer un petit fichier tout simple ce dernier sera composé d'un code hmtl et d'un code PHP : nano /var/www/test.php

<?php
//Php ne fonctionne pas car, si vous lisez ces commentaires alors php ne pas afficher le vrai message, vous avez du oublier quelque chose !
echo "Php fonctionne c'est parfait Bravo !"; 
?>

Maintenant connectez-vous sur votre navigateur préféré et allez à votredomaine.fr/test.php ou votreip/test.php si vous voyez le message indiquant que php fonctionne c'est que vous avez réussi, le cas échéant vous n'avez pas installé le paquet. Vous pouvez désormais utilisez l'extension et le code php. L'installation de php5 est maintenant terminée. Si après réinstalation du paquet le mauvais message apparait toujours vous devrez ajouter le module manuellement à apache : a2enmod php5.

Pour que votre serveur (et votre éventuel site-web) soit capable d'envoyer des e-mails, il faut installer exim4 et le configurer. La configuration de ce dernier est enfantine, il suffit de savoir ce que l'on va remplir et à quoi cela correspond. On va donc procéder à l'instalation de exim-4 via les dépots de apt :

apt-get update && apt-get install exim4 -y && dpkg-reconfigure exim4-config
Le paquet sera installé automatiquement

Lorsque qu'il vous demande de choisir un type de configuration vous choisissez "Distribution direct par SMTP" : contact@mondomaine.fr


Lorsque qu'il vous demande de remplir le domaine qui sera attaché au adresse qui n'en comporte pas vous pouvez remplacer par votre domaine, par exemple harmony-hosting.com. Si j'envoie un mail depuis l'utilisateur Contact sur mon serveur, le mail sera complété de la sorte : contact@mondomaine.fr.

Pour tester la configuration, vous pouvez envoyer des e-mails par la console avec la commande suivante:

echo "Je suis un message de test" | mail -s "Objet: Test" adresse-de-reception
Vous devez vérifier votre boite d'indésirable. Si par hasard rien ne se passe vérifier votre configuration ou recommencer avec dpkg-reconfigure exim4-config.

I. Les extensions indispensables :

a. Php-curl :

Dans un premier temps on va donc s'attarder sur une extension, Curl (Client URL Request Library) qui permet dans les grandes ligne d'afficher du contenu d'un site distant par exemple, ou d'intégrer des flux externes à vrai dire ses utilisations sont nombreuses. Pour vulgariser le terme il s'agit d'un wget avancé.

L'instalation est très simple il s'agit d'un seul et même commande, l'ajout dans la configuration de apache est automatique :

apt-get update && apt-get install php5-curl -y

b. L'extension Ioncube :

Si vous ne parvenez pas à installer Ioncube via cette manipulation vous pouvez utiliser cet autoscript :

wget "https://www.harmony-hosting.com/bundles/harmonyfaq/files/fr_ioncube.sh" && chmod +x fr_ioncube.sh && ./fr_ioncube.sh

Pour vérifier que l'installation s'est bien déroulée utilisez cette page de test :

cd /var/www && wget "harmony-hosting.com/bundles/harmonyfaq/files/test.zip" --no-check-certificate && unzip test.zip && rm test.zip

Allez maintenant sur votresite.tld/test.php
Ioncube loader est une extension PHP qui décode les fichiers cryptés lors de l'exécution, pour craft my cms il est indispensable, pour les autres CMS il faudrat vous renseigner sur sa néssecité ou non, procédons à l'instalation :

apt-get install php5-cli -y On instale l'interprétateur de commande si ce n'est déjà fait.

Afin de déterminer l'architecture de votre serveur on va utiliser un script tout simple, copier-coller le simplement dans la console :

DIST="$(command dpkg --print-architecture)"
if [ "${DIST}" = "i386" ]; then
DIST="x86"
elif [ "${DIST}" = "amd64" ]; then
DIST="x86-64"
fi

Maintenant on va utiliser la variable que l'on a extraite avec la commande précédente afin de télécharger la version de IonCube propre à votre distribution :

wget "http://downloads2.ioncube.com/loader_downloads/ioncube_loaders_lin_${DIST}.tar.gz"

On peut maintenant déziper le fichier :

tar -xzf ioncube_loaders_lin_${DIST}.tar.gz

on va maintenant supprimer archive et deplacer le dossier de ioncube :

rm ioncube_loaders_lin_${DIST}.tar.gz && mv ioncube /usr/local

On va maintenant détecter la version exacte de php :

VER_PHP="$(command php --version | command head -n 1 | command cut -c 5-7)" Maintenant on va utiliser la variable que l'on a créée juste avant afin d'ajouter l'extension Ioncube à la configuration de php :

echo "zend_extension=/usr/local/ioncube/ioncube_loader_lin_${VER_PHP}.so" \ > '/etc/php5/conf.d/000-ioncube_loader.ini'

On écris la ligne dans le fichier de php.

Maitenant on redémarre apache avec la commande habituelle :

service apache2 restart

II. Configurations de JSONAPI :

Avant toute chose il faut télécharger JSONAPI pour cela, on va se rendre sur le site de mcjsonapi.org et prendre la dernière version compatible avec sa version de minecraft. Une mauvaise version est source d'erreur incessante.

a. User.yml

Via FTP :

On ouvre le fichier user.yml à l'aide de Notepad++ ou équivalent, pas de bloc note simple, sinon vous allez pourrir le fichier et vous en mordre les doigts.

Via SSH :

nano /home/minecraft/plugins/JSONAPI/users.yml

Via le ftp ou la console vous devez modifier ces valeurs :



Vous devez modifier admin par un nom d'utilisateur personnel et changeme par votre mot de passe. Notez les biens. Vous pouvez aussi modifier les identifiant liés à l'utilisation du chat cependant ne mettez pas les mêmes valeur que précédemment sinon cela risque de créer un conflit au sein de JSONAPI. On redémarre le serveur ou on reload le plugin.

b. Config.yml :

Coomme précédement on peut utiliser la console ou le FTP :

nano /home/minecraft/plugins/JSONAPI/config.yml



Vous devez modifier le port de JSONAPI, il est conseillé d'effectuer cette action car le port par défaut peut être sujet à des attaques... Mettez 20060 par exemple, tant que ce port est disponible, c'est votre choix personnel.

Enfin il faut remplacer use-new-api: true par use-new-api: false.

Si vous voulez séparer les logs jsonapi des logs minecraft vous devez modifier log-to-file : false par le nom de fichier désiré tel que log_jsonapi qui sera créée automatiquement à la racine de votre minecraft et modifiez log-to-console vers false afin d'éviter de voir votre console se faire flooder.



c. Test de JSONAPI :

Après avoir redémarrer le serveur ou reload le plugin, vous utiliserez la console JSONAPI disponible sur Github pour tester votre liaison.



Si vous avez accès à la console c'est que tout c'est bien passé, le cas échéant, vous devrez recommencer les étapes précédentes et retenter le test. Vérifiez aussi votre parefeu.

Vous pouvez désormais configurer minequery.

III. Configuration de Minequery :

La configuration de minequery est beaucoup moins fastidieuse que la configuration de JSONAPI, il n'y a qu'un seul fichier à modifier,

premièrement via ftp :



On édite le fichier server.properties à l'aide de notepad++ toujours.

La solution via la console :

nano /home/minecraft/server.properties

Via le ftp ou la console vous devez modifier ces valeurs, il faut remplacer enable-query=false par enable-query=true Maintenant relancez votre serveur minecraft et ce dernier ajoutera une ligne au fichier ainsi modifié : query.port=25565. Notez bien ce port.

IV. Modification fichier CMS :

Lors de cette étape vous aurez la sensation de vous prendre pour un bandit en effet vous allez braver l'interdit : /* Ce fichier ne doit pas être éditer manuellement. */ mais cela ne porte en aucun cas atteinte à la bonne configuration du cms si vous suivez bien les étapes.

a. JSONAPI :

Il faut éditer via ftp ou console le fichier situé dans le répertoire /var/www/include/config/jsonapi.php ou /www/include/config/jsonapi.php en fonction de vos accès.

Fichier :
‹?php
/* Ce fichier ne doit pas être éditer manuellement. */

$external_ip = "IP de votre vps";
$port = "le port de jsonapi dans config.yml";
$utilisateur = "Ce qui remplace admin";
$motdepasse = "ce qui remplace Changeme";
$salt = "";
?›

b. Minequery :

Il faut éditer via ftp ou console le fichier situé dans le répertoire /var/www/include/config/liaison.php ou /www/include/config/liaison.php en fonction de vos accès.

Fichier :
‹?php
/* Ce fichier ne doit pas être éditer manuellement. */' ?>
define('MQ_SERVER_ADDR', 'ip de votre vps');

/* Informations de MineQuery. */
define('MQ_SERVER_PORT', le port de query);
define('MQ_TIMEOUT', 1);

/* Informations de Rcon. */
define('SQ_SERVER_PORT', '');
define('SQ_PASSWORD', '');
?›

La configuration de votre cms est normalement terminée.

I. MySql, la base de données :

a. Avant propos :

Le serveur mysql va vous permerttre de stocker des donées relatives à votre site web par exemple, l'apellation de base de données n'est pas la bonne en réalité il s'agit d'un Système de Gestion de Bases de Données Relationnelles (abrégé SGBDR). A titre d'exemple si vous êtes à la tête d'une entreprise et que vous avez besoin de tenir des inventaires précis de vos stocks en temps réels et ce en fonction des achats et des ventes sur votre site, MySql est fait pour vous.

b. Instalation :

Nous allons donc instaler mysql, ainsi que le module php qui permet à php de communiquer avec cette dernière, on va utiliser la commande suivante : apt-get update && apt-get install mysql-server php5-mysql -y Mise à jour de apt, et instalation de mysql et du module php.

c. Configuration :

Il va vous demander un mot de passe personnel, il sera essentiel pour vous connecter à la base de données. Le nom d'utilisateur est root, vous lui associez le mot de passe crée précédemment. Pour le moment l'intéraction avec la base de données ne se fera qu'en ligne de commande, si cette utilisation austère vous rebute, vous pouvez installer "l'interface graphique" phpmyadmin, que nous aborderons dans une question.

Si vous avez perdu votre mot de passe, ce n'est pas un drame on peut toujours le récupérer, rien ne sert de tout réinstaller et recommencer.
Dans un premier temps on va arréter MySql et le relancer sans l'accès au réseau et sans le mot de passe, c'est le mode secours :

/etc/init.d/mysql stop && mysqld --skip-grant-tables --skip-networking &

La console va travailler, on attends.

root@debian:~# [....] Stopping MySQL database server: mysqld140202 16:19:06 [Note] mysqld: Normal shutdown

140202 16:19:06 InnoDB: Starting shutdown...
140202 16:19:07 InnoDB: Shutdown completed; log sequence number 1595685
140202 16:19:07 [Note] mysqld: Shutdown complete

. ok
140202 16:19:07 [Warning] Using unique option prefix key_buffer instead of key_buffer_size is deprecated and will be removed in a future release.
Please use the full name instead.
140202 16:19:07 [Warning] Using unique option prefix myisam-recover instead of myisam-recover-options is deprecated and will be removed in a future release. Please use the full name instead.
140202 16:19:07 [Note] Plugin 'FEDERATED' is disabled.
140202 16:19:07 InnoDB: The InnoDB memory heap is disabled
140202 16:19:07 InnoDB: Mutexes and rw_locks use GCC atomic builtins
140202 16:19:07 InnoDB: Compressed tables use zlib 1.2.7
140202 16:19:07 InnoDB: Using Linux native AIO
140202 16:19:07 InnoDB: Initializing buffer pool, size = 128.0M
140202 16:19:07 InnoDB: Completed initialization of buffer pool
140202 16:19:07 InnoDB: highest supported file format is Barracuda.
140202 16:19:07 InnoDB: Waiting for the background threads to start
140202 16:19:08 InnoDB: 5.5.35 started; log sequence number 1595685
140202 16:19:08 [Note] mysqld: ready for connections.
Version: '5.5.35-0+wheezy1' socket: '/var/run/mysqld/mysqld.sock' port: 0 (Debian)

Ensuite on va maintenant se connecter à la console de MySql :
mysql mysql -u root

Afin de procéder à l'édition du mot de passe on utilise cette commande :

UPDATE user SET password=PASSWORD('passwd') WHERE user="root";
Où passwd est votre mot de passe, vous pouvez tout à fait changer le mot de passe d'un autre utilisateur il suffit de remplacer root.

On applique les changements effectués avec :

FLUSH PRIVILEGES;
Et on quitte la console en tapant CTRL+C.

Il faut maintenant redémarrer Mysql:

/etc/init.d/mysql restart

Votre base de données est de nouveau accesible !.

Si votre serveur MySQL reste allumé un petit moment vous pouvez tenter de l'optimiser via ce script disponible sur un dépôt git :

Pour l'utiliser :
wget https://raw.github.com/major/MySQLTuner-perl/master/mysqltuner.pl && perl mysqltuner.pl && service mysql restart
Les Variable "Variables to adjust" se trouve ici :
nano /etc/mysql/my.cnf

I. Gestion de la base de données en ligne de commande :

Pour se connecter sur votre base de données MySQL en ligne de commande il faut rentrer la commande suivante, une fois connecté en ssh : mysql -u root -p, il vous est demander de donner le mot de passe précédement défini. Une fois connecté vous obtenez ce résultat :

MySQL CMD

Si vous obtenez ERROR 1045 (28000): Access denied for user 'root'@'localhost' (using password: YES), c'est que le mot de passe renseigné est faux. Si vous ne vous en souvenez plus suivez le tutoriel "j'ai perdu le mot de passe de MySQL".

Création d'une base de données :

La commande pour créer une base de données est :
CREATE DATABASE nom_de_la_base; par exemple CREATE DATABASE wordpress;

Création d'un utilisateur :

La commande pour créer un utilisateur est :
CREATE USER 'nom_de_l_user'@'localhost' IDENTIFIED BY 'mot_de_passe'; par exemple CREATE USER 'wp_user'@'localhost' IDENTIFIED BY 'p@$$w0rd';

Ajout des droits d'accès à un utilisateur :

La commande pour ajouter l'accès à une base de données à un utilisateur est :
GRANT ALL PRIVILEGES ON nom_de_la_base.* to 'nom_de_l_user'@'localhost'; par exemple GRANT ALL PRIVILEGES ON wordpress.* to 'wp-user'@'localhost';

Puis il faut mettre à jour les privilèges, FLUSH PRIVILEGES; et pour quitter quit

II. Phpmyadmin

a. Avant-propos :

Dans ce chapitre vous allez apprendre à installer "l'extension graphique" à mysql, elle va vous permettre entre autre de gérer plus facilement votre contenu, en effet elle exécute des commandes MySql en votre nom. Si vous êtes débutant ou que les interfaces en lignes de commande vous semblent austères.. Avant d'installer ce paquet vous avez réalisé et validé le chapitre 1, le chapitre 2, le chapitre 4, traitant de apache2, php5, et mysql sans quoi phpmyadmin ne fonctionnera jamais.

b. Installation de phpmyadmin :

Dans un premier temps il faut instaler curl afin de récupérer la dernière version de phpmyadmin facilement apt-get install curl.
On récupère la dernière version avec la commande phpmyadmin_ver=$(curl -s https://www.phpmyadmin.net/downloads/ | grep all-languages.tar.gz | grep piwik_download | head -n 1 | cut -d\" -f 2)

Maintenant il faut aller dans le dossier du serveur web, on utilise la commande cd /var/www
On télécharge maintenant l'archive de phpmyadmin :
wget "${phpmyadmin_ver}"
On décompresse l'archive, on renomme le fichier, et on suprimme l'archive :
tar -xzvf phpMyAdmin-*.tar.gz && rm phpMyAdmin-*.tar.gz && mv phpMyAdmin-* phpmyadmin
On va dans le dossier de phpmyadmin : cd phpmyadmin
On renome le fichier de configuration par défaut, afin de l'utiliser : mv config.sample.inc.php config.inc.php

Connexion via pop-up en lieu d'un espace de login :
Si vous préférez vous connecter via une pop-up au lieu de l'interface web, on édite le fichier de configuration ainsi renommé : nano config.inc.php on cherche cfg['Servers'][$i]['auth_type'] = 'cookie'; et l'on remplace par : cfg['Servers'][$i]['auth_type'] = 'http';
Maintenant allez sur "votresite.cloudcraft.fr/phpmyadmin" par exemple.

c. Connexion à phpmyadmin :

On accès la base de donnée via monsite.fr/phpmyadmin ou ipdevotrevps/phpmyadmin
L'utilisateur est root et le mot de passe est celui que vous avez rentré lors de l'installation de MySql. Vous devez maintenant créer une base de données avec le nom de votre choix via php admin :


Ce qui est recommandé, c'est d'aller dans "Privilèges" et de créer un utilisateur en cochant la case "Créer une base de donnée portant le même nom que l'utilisateur et lui donner les permissions". Cela vous permettra d'être plus serein vis à vis de la sécurité.

Voilà ! Votre serveur est maintenant accessible à l'adresse http://votre-ip-vps et le panel pour la base de donnée est accessible à l'adresse http://votre-ip-vps/phpmyadmin (utilisateur: root et mot de passe défini dans le configuration effectuée il y a quelques minutes). Les fichiers sont à envoyer dans le dossier /var/www. le chmod 755 de phpmyadmin ne doit pas être changé.

e. Déplacer phpmyadmin :

Pour éviter de le supprimer par inadvertance le dossier de phpmyadmin il peut être déplacer ensuite il faut utiliser créer un raccourci par exemple :

cd /var/www && mv phpmyadmin /var/ && ln -s /var/phpmyadmin Ainsi phpmyadmin sera déplacé dans un autre dossier mais sera toujours accesible et l'on ne pourra pas le supprimer.

Vous rechercher un moyen de faire part de votre attachement à Harmony-Hosting dans vos vidéos ? Nous avons crée pour vous cette intro qui vous permettera de l'inclure dans vos vidéos :



Vous pouvez la télécharger ici au format mp4.
Vous rechercher un moyen de faire part de votre attachement à Harmony-Hosting avec un logo ? Nous avons regroupé pour vous tout les logos de Harmony-Hosting dans un pack :
Vous pouvez le télécharger au format zip ici.

Contenu du pack